9 – …et loin tu iras

Transsibérien, Transmongolien, Transmandchourien… Depuis plusieurs années, ces mots sonnent comme un rêve intouchable, dans ma tête. Il est difficile de décrire la sensation que l’on éprouve en débouchant sur le quai où nous attend le K3. LE K3. Celui de Sylvain Tesson, certes. Mais surtout celui qui voyage avec ses fantômes exotiques : Strogoff, Dostoïevski, Gorki, Karenine et Tolstoï… On est encore loin de la Russie. D’ailleurs, je sais déjà qu’elle sera bien différente, cette Russie, de celle d’André Bolkonsky. Mais ils sont là, les fantômes. À portée de main. Il suffit de franchir le marchepied pour les toucher du doigt.

Oui, j’ai toujours été fascinée par les gares. Mais jamais aucune ne m’a provoqué une telle excitation…

Gare de Pékin – Mai 2016 © Marielle Rossignol
Gare de Pékin – Mai 2016 © Marielle Rossignol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *