4 – Une beauté qui ne dit pas son nom

Peut-on imaginer plus pure beauté que celle du plus violent des contrastes ?

Voici l’instant précis où, après une nuit glaciale et hors du temps, nous avons enfin touché du doigt la terre promise. Incroyable mais vrai : 30 heures, c’était le temps qu’il fallait pour traverser l’univers. Nous voici désormais au bord de la fin du monde. de l’autre côté, une planète inconnue mais pleine de promesses. Qui est-elle ? Elle seule voudra bien nous le dire.

À cet instant précis, nous avons devant nous un Monde entier à explorer. Peut-on imaginer plus pure beauté que celle de plonger dans une excitation qui ne dit pas son nom ?

Ulan Bator, mai 2016 © Marielle Rossignol

Ulan Bator, mai 2016 © Marielle Rossignol

Ulan Bator, mai 2016 © Marielle Rossignol

Ulan Bator, mai 2016 © Marielle Rossignol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *