croniques mongoles

7 – МАНДАЛГОВЬ / IɅOƂןⱯPUⱯW

_ Mandalgovi _

Ce nom sonnait comme une promesse. Celle d’une ville, encore une,
avant de plonger dans le vide intersidéral.


_ Mandalgovĭ _

Il a sonné comme une paire de claques.

Celle d’une Mongolie décroissante d’abord, qui nous rappelle douloureusement
à quel point la prairie de carte postale est loin d’ici; à quel point la disparition de l’emploi,
l’exode urbain et la pauvreté font des ravages.


Celle d’une Mongolie décadente ensuite. Difficile de croire à quel point le sol que l’on foule
regorge d’or, d’uranium, de charbon, de cuivre, d’argent, de diamant… L’or blanc de la vodka coule à flot,
lui, dans la gorge de ses habitants. Mais la Mongolie c’est aussi celle-là : Celle de Sara, notre hôtelière,
accueillante et profondément chiante, dont l’ivresse et les cris rythmeront notre nuit.
Celle de ces étudiants qui, en quelques minutes, ont fait de nous les invités d’honneur de leur fête
de fin de diplôme. Une fin d’année qui sonne creux. Sommes-nous les seuls à nous demander
quel avenir ils ont, ici ?


_ Мандалговь _

Après une nuit agitée, ce nom a sonné comme un dicton : “si en Mongolie tu vas,
les bons rapports qualité-prix du Lonely Planet, tu oublieras”. Puis comme une blague :
“quand mes enfants ne seront pas sages, c’est là que je menacerai de les envoyer”.


Aujourd’hui, Mandalgovi rend un écho : celui d’une première rencontre avec la vraie Mongolie.
Celle qu’on venait chercher, pour le meilleur et pour le pire, loin des circuits touristiques.
En tout cas, celle qu’on n’oubliera certainement jamais.”

previous arrow
next arrow
Slider