Your address will show here 06 25 46 27 19
croniques mongoles
САИН БАИНА ЧЧ* !
Il est un mot magique en langue mongole. Prononcez le franchement, avec un sourire jovial et la glace se brisera même avec le berger le plus sauvage du fin fond du Gobi. Il nous a fallu du temps pour le maîtriser, ce mot magique. Grâce à Bilgun et son anglais, nous avons eu l’occasion de nous rendre compte à quel point, avec toute la volonté du monde, nous ne pouvions nous faire entendre sans aide. Il ne nous a pas non plus fallu longtemps pour comprendre que les subtilités de la langue mongole resteront à jamais mystère pour nous.

Évidemment, l’angoisse qui en découlait a fondu sur moi de tout son poids. Je m’y attendais. Longtemps avant de partir, surmonter la barrière de la langue me paraissait être l’unique moyen d’avancer, au bout du monde. Il faut l’avouer, j’ai toujours eu une relation plutôt fusionnelle avec le langage.

Les mois d’apprentissage du cyrillique nous auront pourtant facilité la vie : Déchiffrer les noms des villes sur la carte routière, retrouver les buzz dans les cartes des restaurants, trouver le diesel dans les stations essences, différencier le laveur de voitures de l’épicier…

САИН БАИНА ЧЧ… БАЯРЛАЛАА… Une fois maîtrisés, ces deux mots nous ont malgré tout donné l’impression d’appartenir un peu mieux à ce pays à mille lieues du nôtre. Ils ont aussi eu sur moi l’effet recherché. C’est fou comme c’est rassurant de pouvoir parler. 

En réalité, la barrière de la langue est beaucoup plus mince qu’on ne le croit. Un sourire, un doigt tendu, un langage des gestes imaginé sur place et sur mesure. Et ce Sanbaïnu, cet unique mot, qui déverrouille instantanément des sourires radieux. Qui offre des séances photos improvisées et toujours exceptionnelles. Qui ouvre des possibilités que je regrette encore de n’avoir pas eu le temps d’explorer, appareil photo en main.

Il est un autre mot magique en langue mongole : водка. Mais sur celui-ci je ne m’étendrai pas…

*Bonjour (prononcer Sanbaïnou)


0