Your address will show here 06 25 46 27 19
L'IRRÉMÉDIABLE
EST UN IMMENSE SPECTACLE
Série et recherche documentaire
2016 - ?

Céret est une petite ville du Sud de la France qui perpétue une tradition taurine ancienne. Les premières traces connues de courses de taureaux organisées sur ses places remontent au 16ème siècle. Aujourd’hui (et sous l'impulsion de l’ADAC, une association fondée dans les années 80 par un groupe de passionnés et qui porte haut et fort l’aficion catalane), Céret est renommée dans le monde tauromachique pour la dangerosité de ses taureaux, et passionnés comme professionnels continuent à remplir ses arènes.

L’ADAC prône une vision “torista” de la corrida : une approche traditionaliste où l’animal, sa bravoure et sa dangerosité, sont au centre de tout. Alors qu’en 2018, la mort de la corrida est annoncée, l’ADAC continue à transmettre cette passion à une nouvelle et jeune génération pour laquelle cette pratique semble se justifier autant, désormais, du point de vue de la tradition que d’un point de vue philosophique.

Cette série de photographies en noir et blanc ne tente pas de défendre la corrida. Ni pour ni contre, loin de la piste, des cris de la foule et des paillettes, elle explore les coulisses les plus intimes du monde tauromachique. Elle tente de dévoiler ce que l'on ne voit pas, ce qu’il se passe « derrière le rideau » et pose un regard esthétique, presque mythologique sur ses grands paradoxes : la cruauté de son spectacle, la mort dévoilée et mise en spectacle… mais aussi son culte infini du toro, son rapport à la religion et au hasard, la fascination qu’elle exerce sur ceux qui la vivent, ceux qui la voient et ceux qui la font.
  • Text Hover
  • Text Hover
  • Text Hover
  • Text Hover
  • Text Hover
  • Text Hover
  • Text Hover
  • Text Hover
  • Text Hover

CRONICAS DE RUEDO
Vie et mort de la tauromachie en France

Ces trois années passées à apprivoiser l’univers de l’ADAC m’ont ouvert ses coulisses. J’ai acquis la confiance de ses membres et une reconnaissance de mon travail. Mais si je veux saisir toute l’essence des rapports à cette pratique, je dois enquêter en dehors de la grande fête que représente la feria du mois de juillet.
La série L’irrémédiable est un immense spectacle est le point de départ d’une longue enquête. Elle aborde le sujet de manière esthétique, presque mythologique. Elle fait aussi émerger une multitude de questions que j’ai choisi d’explorer sous forme de carnet de bord : Cronicas de ruedo réunit des réflexions sur les origines du projet, des billets sur les événements qui rythment la vie tauromachique locale et des portraits d’aficionados. 
POUR DÉCOUVRIR LE BLOG, SUIVEZ CE LIEN
POUR SUIVRE LES AVANCÉES DU PROJET, INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

* Depuis les années 80, l’A.D.A.C (Association Des Aficionados Cérétans) perpétue une tradition taurine ancienne, en marge d’un star system dont le milieu taurin est lui-aussi victime. Elle défend une vision “taurista” de la corrida, en quête du “toro bravo”.
** Conduite du combat d’un taureau. Elle résulte de l’observation du comportement de l’animal. A chaque toro correspond une “lidia” particulière qui impose le choix et l’exécution des “suertes”. Chaque acteur de la “cuadrilla” contribue au bon déroulement de la “lidia” sous la direction du “chef de lidia” matador le plus ancien. Une bonne “lidia” doit mettre en valeur les qualités du taureau dans chacun des trois “tercios”. Elle exige de la part du matador, intelligence, expérience et courage.